Réforme des retraites - La CFDT réclame loyauté et transparence


3 minutes de lecture


Une fois de plus, l’exécutif a dégainé par voie de presse. Le sujet des retraites, qui agite le pays depuis plusieurs semaines, est pourtant sensible. Plus question, donc, comme cela a été un temps évoqué, d’utiliser l’examen du budget de la Sécurité sociale pour réformer les retraites. La méthode privilégiée par l’exécutif penche désormais en faveur de la concertation, réclamée par la CFDT.

La CFDT en prend acte mais réclame loyauté et transparence. Cela nécessite d’expliquer clairement les enjeux, y compris financiers, avant de focaliser le débat sur les remèdes. Elle exige que les objectifs de la réforme envisagée par le gouvernement soient clairement affichés. « S’agit-il de discuter de l’équilibre du régime, de la correction des injustices du système actuel ou de financer des politiques publiques indispensables comme la santé, l’éducation ou la transition écologique ? »

Réforme globale, justice sociale

Toujours fermement opposée à un report de l’âge légal de départ à 65 ans, qui pénaliserait les travailleurs de la deuxième ligne les femmes et les salariés qui ont commencé à travailler tôt, la CFDT réaffirme son attachement à une réforme globale du système pour plus de justice sociale.

Or il ne s’agit pas d’aller vite mais de travailler sur les bonnes questions. Aussi demande-t-elle une véritable concertation sur le minimum de pension, la pénibilité, les carrières longues, les fins de carrière, l’emploi des seniors dans le privé comme dans le public.

Une intersyndicale était prévue le 3 octobre, en vue de construire des propositions communes sur les axes de concertation et pour contrer le report de l’âge de départ à 65 ans. La CFDT y a participé.

La retraite à 65 ans, c’est NON !

Une période de concertation avec les organisations syndicales s’engage donc jusqu’à la fin de cette année.

Une période extrêmement courte pour aborder une multitude de sujets aussi complexes que sensibles. Car parler retraites, ce n’est pas seulement parler finances, âge légal de départ ou durée de cotisation.

Parler retraites, c’est aussi et surtout parler du travail, de la pénibilité, de la précarité ou encore des inégalités sociales. C’est parler de la société que nous voulons, des solidarités qu’il faut préserver et celles qu’il faut étendre, des nouveaux risques à couvrir afin de tenir compte de l’évolution des familles ou encore du vieillissement de la population.

Donner sa chance à la concertation

La CFDT s’engage donc dans ces discussions avec détermination et clarté. En retour, elle demande au gouvernement transparence et loyauté dans la conduite de cette concertation, qui ne doit pas servir d’alibi à une simple mesure comptable.

La CFDT l’a dit et le répétera : elle est opposée à toute mesure d’âge qui revient à pénaliser les personnes ayant commencé à travailler tôt, les personnes qui ont eu les métiers les plus physiques.

L’exécutif a aujourd’hui fait le choix du dialogue, à lui de prouver qu’il compte le respecter dans les prochains mois.

La CFDT saura s’engager dans les négociations et s’opposer fermement dans l’intérêt des salariés.



Loyauté et transparence sur les retraites Loyauté et transparence sur les retraites